L’Alquerque de doce, selon Alphonse X, le sage

Tablier du jeu d’Alquerque

 

Alphonse Le Sage et le jeu d’ «Alquerque de doze » 

Voir article : Typologie des tabliers d’Alquerque

« Alquerque de doze » 

« Alquerque de doze » est l’un des jeux d’Alquerque répertorié  dans le LIBRO DE LOS JUEGOS d’Alphonse le Sage  (1283) . En traduction littérale : « alquerque de douze [pions] ». 

En français, c’est le jeu d’Alquerque. 

On peut le classer  comme un jeu de Dames (sans promotion). Plusieurs le considère d’ailleurs comme un ancêtre de nos différents jeux de Dames

Voici une version de ce que dit le LIBRO DE LOS JUEGOS d’Alphonse le Sage (1283).

 ________________________________________________________________ 

 Voici le jeu d’alquerque de douze pions lequel se joue avec tous ses pions. 

 _________________________________________________________ 

Puisque nous avons parlé dans les livres précédents de toutes les façons de jouer aux échecs, aux dés et au tables, que les trois sages ont montré en exemple au roi et qu’alors les hommes d’intelligence ont répandu par le jeu, nous voulons maintenant parler d’autres jeux que les hommes ont trouvé et dont nous n’avons pas encore parlé. Toutefois, il a des similarités car l’alquerque emprunte un peu des échecs, des dés et des tables. Il y en a d’autres qui empruntent aux échecs et au tables mais pas au dés. 

 Et nous commencerons avec l’«Alquerque de doze » parce que c’est le plus grand et celui qui utilise le plus de pièces. Et nous dirons de combien de façons il se joue, avec combien de pièces, et pourquoi il ressemble en partie aux échecs, aux dés et aux tables. 

Il ressemble aux échecs parce qu’il sont des jeux d’esprit comme les échecs tout comme l’«Alquerque». Les pièces avec lesquelles on y joue ressemble aux pions des échecs. Et on retrouve un peu des tables à cause des possibilités de parties nulles qui sont présentes dans ce jeu et à cause des lignes sur lesquelles les pièces sont placées. Et il y a  un peu des dés à cause du hazard, car tout comme dans le jet des dés il y a de la chance, de la même façon les joueurs lances les dés pour déterminer qui a le trait à l’«Alquerque». 

 Et on joue ainsi : sur le tablier il y a 25 cases ou les pièces peuvent  être placées et on doit en mettre 24. Et on place 12 pions d’une couleur sur un côté et les 12 autres de l’autre côté en formation de troupe [une à côté des autres]. Un espace reste libre au centre pour permettre le jeu. 

 Et celui qui a le trait est désavantagé parce qu’il est obligé de jouer dans cet espace vide. Et l’autre joueur déplace sa pièce dans l’espace libéré par le premier joueur et capture la première pièce déplacée. Le premier joueur capture la pièce du deuxième en sautant par-dessus d’une case à une autre [libre] selon les lignes droites du tablier, et par-dessus autant de pièces qu’il peut sauter de cette façon et effectue autant de captures. Et l’autre joueur fait pareil. 

 Et le joueur qui a le trait a toujours un coup d’avance et essaie de capturer les pièces adverses

 Et l’autre joueur se protège bien des attaques en essayant de prévoir les coups à venir de façon à conserver le plus de pièces possible.  

Et l’autre fait la même chose que l’adversaire veut lui faire et en conséquence il est désavantagé, celui qui a le trait. 

 Et celui qui protège mal ses pièces et les perd rapidement, perd [la partie]. Et si les deux joueurs  savent comment jouer, il peuvent faire partie nulle. Et tel est le jeu d’« Arquerque de douze » , ses pièces et leur disposition.

 _______________________________________________________________ 

 Je vous propose les règles suivantes :  

 ALQUERQUE  

Tablier : réseau de 5 lignes parallèles coupées à angle droit par 5 autres lignes parallèles; des lignes diagonales partant des coins et des centres situés sur les contours de la figure complètent le réseau.

Pièces : 24 pions, soit deux ensembles (de couleurs distinctives) de 12 pions, un ensemble pour chacun des joueurs. Alphose X propose des pions semblables aux pions des Échecs qui ne peuvent pas se superposer comme nos dames. 

Joueurs : 2 joueurs. 

But : capturer tous les pions de l’adversaire ou l’immobiliser. 

Règles du jeu 

Le jeu se pratique sur les intersections du tablier. 

Position de départ du jeu d’Alquerque

Au départ, les pions noirs sont placés sur A1-A2-A3-A4-A5-B1-B2-B3-B4-B5-C1-C2 et les blancs sur C4-C5-D1 D2-D3-D4-D5-E1-E2-E3-E4-E5 . 

Les joueurs se font face. 

Le premier joueur est désigné au sort (jet de dés, par exemple).  

Ensuite, le jeu se déroule alternativement.  

Les pions se déplacent le long des lignes, en tous sens,  d’une intersection à la fois, vers une intersection libre voisine.

 Un pion est capturé lorsqu’un pion adverse saute par-dessus, en ligne droite, pour se poser deux cases plus loin sur une case libre. Un pion capturé est immédiatement et définitivement retiré du jeu. 

 Un pion peut effectuer une rafle , c’est à dire capturer plusieurs pions en un seul coup, si la disposition des pions permet des captures successives. 

La prise est obligatoire mais, en cas de possibilités multiples, le joueur a libre choix. 

Un pion qui omet une prise est soufflé (retiré du jeu sans compter pour un coup) par l’adversaire avant de jouer son coup. 

 Le vainqueur est celui qui réussit à capturer tous les pions de l’adversaire (ou à la bloquer). 

 _________________________________________________________________ 

 Origine : Egypte, 1 400 ans avant J.-C. 

 Histoire : 

Ce tablier de jeu figure sur une pyramide égyptienne datant de 1 400  avant  J.-C. 

Le nom arabe de Qirkat qui lui est associé est mentionné dans un livre arabe du Xème siècle. 

Ce sont les Maures qui introduisirent en Espagne le mot « El Qirkat » qui donnera « Alquerque ». 

Le manuscrit d’Alphonse X sur les jeux (XIII ème siècle)nomme 5 jeux d’«Alquerque ». L« Alquerque de doze » est celui qui nous intéresse ici.

José Hidalgo nous dit qu’il «est encore pratiqué dans de nombreux établissements publics en Espagne ». 

 Le plus célèbre de ce genre d’« Alquerque » est le « Fanorona » ou « Alquerque double » des Malgaches. 

 _________________________________________________________________

BIBLIOGRAPHIE sommaire 

(1283) Libros del ajedrez,dados y tablas Alphonse le Sage, roi d’Espagne  

(1907) S.Culin , Games of the North American Indians, p.794 et fig.1091. 

(1952) A History of Board-Games other than Chess, H.J.R. Murray. 

(1985) Jeux et variantes sur 25 cases, R.Pinard. 

(1996) Dictionnaire des Jeux de sosiété, J.-M. Lhôte.   

www.http:// 

http://sca.historiaviva.org/tiki-index.php?page_ref_id=198 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Libro_de_los_juegos 

http://en.wikipedia.org/wiki/Alquerque (English) 

http://juegosdetablerosromanosymedievales.blogspot.com/2009/08/el-juego-del-alquerque-de-doce-o-de.html

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :